Zéro phyto, 100% bio

Affiche du film zéro phyto bio

Des cantines bio ? Des villes sans pesticides ? On rêve tous de ce petit monde idéal… vivre dans un environnement sain, manger des aliments bons pour notre santé, avoir des gens autour de soi qui prennent soin de nous. Et pourquoi pas ???

Certaines communes ont décidé de relever le défi ! Alors, place à une alimentation bio, des habitats écologiques, des alternatives aux pesticides… Des villes exemplaires interviennent dans ce documentaire pour nous montrer que c’est possible ! « On leur a dit que c’était impossible, alors ils l’ont fait ! » – Mark Twain

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Le synopsis

Genre : documentaire – Réalisateur : Guillaume Bodin – Date de sortie 8 novembre 2017 – Dahu Production

Une enquête passionnante sur plusieurs communes françaises qui n’ont pas attendu l’entrée en vigueur le 1er janvier 2017 de la loi Labbé interdisant l’utilisation de pesticides dans les espaces publics pour changer leurs pratiques. Ce film met aussi en avant les pionniers de la restauration collective biologique et leurs partenaires : associations, entreprises, agriculteurs, ingénieurs, artisans qui ensemble contribuent à l’amélioration de la qualité des repas dans les collectivités.
Conscients de leurs responsabilités en termes de santé publique et d’environnement, ces acteurs de terrain ne livrent pas de solutions toutes prêtes, mais décrivent plutôt les étapes qu’ils ont franchies pour mener à bien leurs projets. Leur expérience montre que toutes les communes, quelles que soient leur taille et leur couleur politique, peuvent changer leurs pratiques.  – Allociné

La bande annonce

La sortie nationale pour Zéro Phyto 100% bio, c’est le 8 novembre 2017. En attendant, vous pouvez assister aux avant-premières en avril et mai dans toute la France. Pour connaître les dates de projections, rendez-vous sur la page Facebook du film. Vous pouvez même organiser une projection privée.

Qu’est-ce que j’ai appris dans ce film ?

UNE NOUVELLE LOI CONTRE LES PESTICIDES ARRIVE POUR TOUT LE MONDE.  Une loi « zéro phyto » rentrera en vigueur le 1er janvier 2019 pour les particuliers. Depuis le 1er janvier 2017, les collectivités locales n’ont plus le droit d’utiliser des pesticides chimiques dans les espaces verts publics. En 2019, la loi s’étend et ce sera le tour de nos jardins. Alors, fini l’épandage de Round-up ou autres désherbants, fertilisants, insecticides miracles. C’est quand même dommage de faire du jardinage, prendre le temps de faire pousser ses petits légumes, avoir le plaisir de voir qu’ils se portent bien et au final se dire qu’il vaudrait mieux ne pas les manger !
IL Y A BIEN UN LIEN ENTRE LES PESTICIDES ET NOTRE SANTÉ. A Bordeaux, il existe une maladie que l’on appelle « le cancer des vignerons ». Tout est dit dans le nom de cette maladie. Les médecins de la région ont constaté un taux de cancer bien plus élevé que la moyenne nationale pour les personnes exposées aux pesticides de par leur métier. Il y aurait également un lien de causalité directe avec les maladies de Parkinson et d’Alzheimer. Une association intervient régulièrement sur le sujet : l’association Phyto Victimes. Comment comprendre que tout le monde ferme les yeux sur ces maladies ? Quel rôle ont les médecins dans la santé publique ? Et l’Etat ? Et nous ?
BONNE NOUVELLE : LES COLLECTIVITÉS LOCALES SE MOBILISENT.  C’est en Bretagne, que le réseau Bruded fait ses premiers pas. Les collectivités bretonnes membres de l’association se rassemblent autour d’un même objectif : partager leurs expériences autour du développement durable et solidaire. Par exemple, une commune qui a mis en place des jardins partagés transmet son expérience concrète (sa réussite, ses barrières, ses limites) à une autre ville qui voudrait en faire de même. L’objectif est aussi (et surtout) de diffuser au maximum les initiatives durables et solidaires à succès pour donner envie aux autres de s’engager ! Dans un monde idéal, j’aimerai bien que ces gentils Bretons donnent envie à d’autres régions de faire pareil.
NON, UNE CANTINE BIO, CE N’EST PAS FORCEMENT PLUS CHER. Dans ce documentaire, une cantine qui est passée en bio depuis 13 ans clame haut et fort un surcoût de … 0 euro  ! Une autre nous révèle l’évolution de ses chiffres. En 2008 – 20 % en bio – un repas coûtait 1,92 euros. En 2012 – 100% bio – un repas coûte 1,86 euros. Quoi ? Comment c’est possible ? Tout simplement en faisant des économies en réduisant le gaspillage alimentaire  ! En 2008 il était de 147 g et en 2012 seulement de 30 g. Alors on économie 20 centimes par repas. Ce qui amoindrit le « surcoût » du prix d’achat des produits bio. Si tout le monde était conscient de cette réalité financière … on ferait des miracles, vous ne croyez pas ?!
70% DES PARENTS VEULENT UNE CANTINE BIO POUR LEUR ENFANT. Une grande majorité des parents veulent des aliments frais et bio pour leur progéniture. Il ne s’agit plus ici d’une tendance marginale. C’est pourquoi un projet de loi visant à imposer un minimum de 20% de produits bio dans les cantines scolaires a été soumis au Sénat. Et devinez quoi ? Ca a été refusé. Évidemment, il y a certainement trop d’enjeux financiers. Mais ne lâchons rien, en essayant à nouveau peut-être que la prochaine fois sera la bonne et à force de persévérance, on arrivera à une cantine bio pour tous nos enfants… ou encore mieux une alimentation naturelle accessible à tous ! On a le droit de rêver un peu, non ? 😉

Mon avis personnel

J’avais entendu parler de Guillaume Bodin et de ses deux documentaires précédents ( Insecticide Mon Amour et La Clef des Terroirs). Alors, quand ce nouveau documentaire a commencé à faire son apparition sur les réseaux sociaux, j’ai sauté sur l’occasion de participer à l’une des avant-premières. Rendez-vous alors à l’Entrepôt pendant la semaine pour les alternatives aux pesticides. J’y vais surtout pour la thématique du Zéro Phyto. Les cantines bio, pas très sexy à priori et très égoïstement, le sujet ne me touche pas trop encore – n’ayant pas d’enfant.

Le documentaire commence par un petit village vers Miramas, un maire qui parle à ses habitants. Ces derniers râlent car des herbes folles poussent au milieu des trottoirs de la ville « ce n’est pas entretenu » ! Bien au contraire, le fait ne plus traiter c’est pour leur bien. « La nature reprend doucement sa place au milieu des dalles de béton ». Le ton est donné. Se suivent des interviews de sénateurs, des maires, des associations comme Agir pour l’Environnement ou Kokopelli … En prêtant l’oreille (et l’oeil), je comprends mieux l’enjeu des cantines bio. Elles peuvent être un point d’entrée intéressant pour inciter les pouvoirs publics à faire grandir le nombre de terres agricoles biologiques qui ne représentent aujourd’hui que 6% de la surface agricole française. Des images pros, des intervenants convaincus et convaincants, quelques chiffres qui viennent appuyer les témoignages… ce documentaire m’a redonné de l’espoir quant à la mobilisation des collectivités locales sur ces sujets d’intérêt général ! Tout n’est pas perdu 😉

EN BONUS : interview de Guillaume Bodin – réalisateur du film

Vous êtes prêts à voir ce film et découvrir les alternatives aux pesticides ? Parce qu’en 2019 il faudra bien sauter le pas ! Autant s’informer dès maintenant, vous ne croyez pas ? Laissez moi vos réactions.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here