Festival Zero Waste : le zéro déchet à l’honneur

Événement ! Le zéro déchet a enfin son propre festival ! Au Cabaret Sauvage, le programme c’est conférences, ateliers, rencontres … Les concepts de recyclage, de compost, de Fablab, d’éco-conception… vous connaissez ? Il serait peut-être temps de s’y mettre ? Allez… je vous emmène avec moi. J’ai appris beaucoup de choses !

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Le Festival Zero Waste : qu’est-ce que c’est ?

Zéro … quoi ? Waste ? Qu’est-ce que c’est encore que ce truc américain ? Bon, c’est vrai, j’avoue c’est dommage que ce soit encore un terme anglophone. Je vous aide un peu. Waste ça signifie déchet et gaspillage. Les deux mon colonel. Alors voilà on est le 30 juin 2016 et je me rends au tout nouveau Festival zéro déchet (en français). L’idée c’est de rassembler tous ceux (professionnels et particuliers) qui s’engagent dans une démarche de réduction des déchets.

Je vous rassure (ou pas), le zéro déchet avant cette date fatidique, bah je n’y connaissais rien ! Le strict minimum du recyclage des déchets ménagers. Et ça s’arrêtait là. D’ailleurs c’est bien la première fois que j’entendais le nom de ce concept : zéro déchet. Le festival se passe au Cabaret Sauvage sur les bords de la Seine, je suis plutôt curieuse de voir ce que je vais bien pouvoir apprendre tout au long de cette journée.

Le programme

Le Festival Zero Waste, c’est 3 jours d’ateliers non stop – 200 ateliers quand même ! – de conférences et de rencontres. Et tout sur le déchet et le gaspillage. Le programme est dense. Les ateliers et conférences se passent dans des endroits différents aux mêmes horaires. On ne peut pas tout voir. C’est dommage. Pour avoir un aperçu de la transformation du Cabaret Sauvage pour l’événement, regardez la vidéo réalisée par Zero Waste France.

De 10h à 19h, j’ai entendu parler vrac, consigne, réemploi, éco-conception, obsolescence programmée, low tech, compost et même lombri-compostage, économie circulaire, fablab, repair café, fair phone, couches lavables Une nouvelle sémantique à assimiler. Plein de nouveaux mots ont vu le jour grâce à des concepts plutôt anciens mais plein de bon sens ! Parce que rien de tout ça n’est vraiment nouveau au final. Ahhh on ressort les bonnes recettes de grands-mères ! Et ça marche !

Allez, je vais faire un tour du côté de la salle principale du cabaret ! J’assiste à pas mal de conférences d’experts, des pitchs d’entrepreneurs du zéro déchets, l’autopsie d’une poubelle en direct…  J’aperçois des gens que j’ai déjà vus dans des documentaires ou dans des livres : par exemple Robert Reed de San Francisco ou Rossano Ercoloni d’Italie, mais aussi Donatien pour le film « Ma vie zéro déchet » et Cyril Dion du film Demain. Bon, j’ai quand même loupé LA star du zéro déchet, j’ai nommée … Béa Johnson.

Ce que j’ai appris

LE COMPOST. Le compost, il faut connaître. Pas compliqué et plutôt logique mais il y a une technique à suivre . J’arrive à me frayer un chemin pour aller voir l’atelier « COMPOST ». Parce le compost je n’y connais rien du tout. Et le lombri-compostage encore moins ! L’animateur explique l’utilité de créer des couches de copeaux de bois, de paillage, de compost et dans quel ordre. Parce que c’est important pour le développement des vers de terre qui vont faire le boulot à notre place. Attention il faut maximum 5 cm de tonte sinon ça se tasse. Dans le compost, il faut mettre un tout petit peu de paille et attendre environ une semaine. Placer les éléments grossiers en bas et plus fins en haut. Ne pas intégrer de légumes racines. Bien fermer son composteur. Il se composera de carton, de branchages (copeaux bois, feuilles), d’éléments humides. Tout ça sur 30 cm environ. Et vous verrez, c’est mieux que le terreau ! Pour un bon compost, il faut penser à équilibrer : du vert et du brun, du carbone et de l’azote. Alors, prêt à tenter l’expérience ?

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

LES REPAIR CAFES. Grâce à l’obsolescence programmée, la réparation a le vent en poupe. Même si le métier peine encore à se professionnaliser. Votre grille-pain est tombé en panne ? Ce serait dommage de le jeter. Surtout que c’est souvent juste une question de pièce à changer. De nombreux repair cafés s’ouvrent pour vous aider à conserver vos appareils (souvent de l’électro-ménager) le plus longtemps possible. Quelques fois on vous explique même comment faire … pour la prochaine fois ! Ce sont souvent des réparateurs à la retraite qui donnent un coup de main. Ils transmettent leur savoir-faire de manière bénévole. Mais jusqu’à quand ? Un jour, plus personne ne saura faire. C’est pourquoi un CFA réparateur a ouvert ses portes à Clichy. Ce centre de formation permet de mettre en relation des boutiques repair et les apprentis. Et professionnalise ce métier d’avenir. Sur le même modèle, Patagonia, dont les valeurs éthiques ne sont plus à défendre, se balade partout en Europe avec un « repair van ». Il va à la rencontrer des gens pour les inciter et les aider à réparer leurs vêtements plutôt qu’à en acheter de nouveaux. « Repair is a radical act » est la signature de cet événement. On ne peut être que d’accord avec ça …

L’ECO-CONCEPTION, C’EST L’AVENIR. En effet, c’est plutôt logique. Tout déchet qui n’est pas produit n’est pas à recycler. Le B.A.ba me direz-vous. Mais le concept d’éco-conception est considéré comme une innovation. Certaines grandes entreprises, comme Seb, essayent de faire en sorte que leurs produits soient modulables. Qu’on puisse réparer et faire évoluer son produit. C’est le cas du FairPhone par exemple et de ce nouveau projet L’increvable, une machine à laver conçue pour durer 50 ans. Et dans un monde idéal, les imprimantes 3D feraient le relais pour fabriquer les pièces défectueuses. Vous ne trouvez pas dommage de mettre un robot ménager à la poubelle uniquement car la façade est devenue jaune à cause des UV ? Alors qu’il fonctionne parfaitement … C’est pourtant le constat alarmant fait sur les pratiques des Français !

L’ÉCONOMIE DE LA FONCTIONNALITÉ. C’est une étape. En attendant de changer ses habitudes et vivre plus simplement. Nos pratiques, justement, elles ont évolué. Et pas toujours dans le bon sens. J’ai appris qu’aujourd’hui on a deux fois plus de vêtements qu’il y a 20 ans ! Deux fois plus… en seulement 20 ans. Alors, oui, il faudrait changer nos habitudes de consommation. Mais tout le monde n’est pas prêt à se restreindre pour l’instant. De là est née l’idée de l’économie de la fonctionnalité. On achèterait l’usage et non le produit. Par exemple, pour les vêtements, on aurait le loisir de changer de tenue autant qu’avant sans faire autant de dégâts. Certaines start up, comme Le Closet, proposent une sélection de vêtements par mois, en location. C’est possible aussi pour le matériel de voyage qu’on utilise souvent très rarement. Merci Make It Travel. La propriété de l’objet n’est plus au centre de nos préoccupations. On le voit bien avec le succès d’Autolib, créé sur ce même modèle.

Et j’ai aussi appris qu’on peut produire du gaz avec de l’eau et faire son potager en pleine mer. Si si … Tamata, la 1ère régate zéro déchet nous en fait la démonstration !

Alors … ce festival ? Le verdict

Je n’ai pas pu tout faire malheureusement. J’ai quand même assisté à la conférence de Cyril Dion sur l’après-demain, vu le film « Ma Vie Zéro Déchet » à la Péniche Cinéma, été témoin de l’autopsie d’une poubelle en direct !

C’est sûr j’aurai bien voulu coudre mes sacs à vrac, créer mes cosmétiques bio, savoir comment réparer un smartphone ou un même un vélo, comprendre à quoi peuvent servir mes épluchures ou comment utiliser des couches lavables … Mais tout ça je le garde bien en tête. Rien ne m’empêche de me renseigner sur tout ça auprès d’autres organisations ou au prochain Festival Zero Waste. Alors oui, 25 euros pour la journée je trouve ça un peu cher (surtout qu’on n’oublie pas que je suis sans emploi) et malgré le repas du midi (bio) et le thé à volonté. Mais je suis contente j’ai appris plein de choses, je suis convaincue et ça m’a donné envie d’en savoir plus. J’ai gagné ma journée !

J’espère que cet article vous donné envie d’assister au prochain festival. Vous avez des idées ? Des réactions ? Partagez votre point de vue sur les réseaux sociaux !

Enregistrer

Enregistrer

2 COMMENTAIRES

    • Merci ! Effectivement, moi aussi j’ai été ravie de ma journée. C’était une belle surprise. Apparemment le prochain, ce sera en 2018. Pas de festival cette année. Il va falloir être patient… mais j’y serai ! Rdv là bas avec plaisir 😉

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here